• Accueil
  • Votre mairie
  • Discours aux Terrassonnais et à la France

Samedi 14 juillet 2018 : 229ème anniversaire de la prise de la Bastille

la prise de la bastilleLes grandes dates évoquent les grandes mémoires. Parmi les commémorations qui unissent les françaises et les français, celle du 14 juillet 1789 est considérée comme « La Fête nationale ». Le 14 juillet 1789 est une date unique dans notre histoire et symbolise une France qui passe d’un monde ancien à un monde nouveau.

Le 14 juillet 1789 est un fragment du sentiment national qui anime et guide chacune et chacun d’entre nous. Sur les bancs de l’école nos instituteurs nous ont enseigné cette journée. De même, après la Grande Guerre, ces mêmes instituteurs ont guidé jusqu’au pied de ce monument aux morts une jeunesse imprégnée des valeurs républicaines exaltées ce 14 juillet 1789.

Les casques rutilants des sapeurs-pompiers, les gendarmes en tenue d’apparat, les drapeaux brillant sous le soleil du début de l’été, les élus arborant fièrement leur écharpe tricolore, les enfants des écoles groupés autour de leurs instituteurs, la Marseillaise  nécessairement pompeuse, les discours solennels, répondent au rituel républicain et expriment une communauté de destins. C’est ainsi, qu’avec ce 14 juillet 1789, par leur enseignement, nos instituteurs ont façonné l’identité de notre pays et de notre peuple.

DSC 7927 copieDSC 7931DSC 7964 copieDSC 7993 copieUne identité construite à partir des valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Une identité qui dépasse les limites géographiques de la France pour incarner une aspiration et une âme universelles. Nos instituteurs ont cimenté un héritage à partir duquel la France a traversé deux siècles d’épreuves.

C’est ainsi que durant deux siècles la France a surmonté ses divisions sans jamais renier ses valeurs. Cette journée, durant laquelle la Bastille est prise d’assaut par des émeutiers, est considérée comme la première manifestation d’ampleur du peuple parisien dans le cours d’une Révolution sans précédent et dont personne ne pouvait mesurer les conséquences.

Le 14 juillet est avant tout la fête d’une Nation, de notre Nation, de la France. En ce XXIe siècle, on peut se poser la question de la place de notre conscience nationale sur l’échiquier mondial. La métamorphose profonde que traverse notre pays doit être le prolongement de cette mémoire. Que ce soit en terme de nos institutions, de notre économie, de notre modèle social et de notre culture, la France reste un exemple pour tous les démocrates du monde.

En commémorant la fête du 14 juillet, nous ne faisons pas seulement un acte de mémoire. Nous rappelons et nous exprimons notre génie et notre ardeur en faveur du progrès qu’il soit individuel ou collectif. La France de l’Ancien régime et celle de la Révolution sont une seule et même France. Une France en mouvement, une France qui est à l’avant-garde des prospérités économiques, sociaux et culturels, une France qui cimente une humanité universelle. La prise de La Bastille n’est pas une victoire définitive. C’est un rituel immuable qui nous invite à la vigilance, à la tolérance, à l’effort et à l’unité.

L’architecture de notre nation trouve dans la prise de la Bastille un élan qui veut arrimer le peuple de France dans sa plus grande diversité à l’image de l’encyclopédiste Pierre Larousse qui disait que la « France était le centre du monde entier ». Cette France c’est celle de Rousseau et de Voltaire, de Charles Péguy et de Victor Hugo. C’est la France des sans-culottes de Valmy, des grognards d’Austerlitz, des poilus de Verdun et des résistants à la barbarie nazie. Si le 14 juillet a ses héros, notre époque a aussi les siens. Je pense, plus particulièrement, à Arnaud Beltrame qui nous impose l’admiration et nous rappelle au sacrifice suprême que nous devrions être tous prêt à affronter.

DSC 7960 copie

L’historien Ernest Lavisse  fait figure aux yeux de la postérité, de porte-parole de l’esprit national après la défaite de 1870 et à l’enracinement dans la société des institutions républicaines. Chantre du « roman national français » au service de l’histoire et de son enseignement, Ernest Lavisse a contribué à répandre des images et une mythologie qui sont restées gravées dans la mémoire de générations d’écoliers. Il est à l’origine de « l’Instituteur national », que Charles Péguy a fait entrer dans la légende républicaine en le nommant « Le hussard noir de la République. » 

Ainsi la phrase inscrite dans son fameux manuel d’histoire  résonne jusqu’au plus profond de notre coeur :

« Tu dois aimer la France, parce que la Nature l’a faite belle, et parce que l’Histoire l’a faite grande. »

C’est le même Ernest Lavisse qui, dans ce même manuel, écrit :

  « Offrez à la Patrie le sacrifice de vos haines. Et puis, apaisez-vous en cette idée que, tous ensemble, vous êtes la France. »

delmon2017Vive Terrasson La Villedieu,
Vive la République,
Vive la France.