Créer, reprendre, développer une entreprise

Une méthodologie et un savoir-faire

eco 02 Avec près d'un millier d’emplois, le bassin économique de Terrasson-Lavilledieu est le premier centre industriel du département de la Dordogne.

Lire la suite…

Accompagner, former, rassembler

Un concept pour l'emploi

travail pour l'emploi

Le concept d’Espace Economie Emploi est né à Terrasson-Lavilledieu, en 1992. Il s’agit de mettre en relation les demandeurs d’emploi, les entreprises et les organismes de formation dans un même lieu. Un objectif : favoriser la rencontre des entrepreneurs et demandeurs d’emploi.

Article sur l'Espace Économie Emploi

Accueillir, faciliter, promouvoir

Au service des jeunes pousses

pépinière des métiers de Terrasson Lavilledieu

Cette pépinière permet de soutenir et pérenniser des jeunes entreprises, de valoriser des savoir-faire et d’accompagner des projets innovants et structurants, respectueux de l’environnement.

Article sur la pépinière des métiers

L’engagement
de notre municipalité

L’économie et l’emploi sont les deux piliers de notre action. L’entreprise est au cœur de nos projets. C’est l’entreprise qui créée l’emploi et la richesse de notre territoire. C’est là notre conviction que c’est la seule façon d’assurer l’avenir de notre ville et de ses administrés. Nous sommes à l’origine du premier Espace Economie Emploi et d’un Observatoire Économique dans lesquels se retrouvent les entreprises, les formateurs et les organismes institutionnels. Accueillir et accompagner un créateur ou développeur d’entreprise c’est tisser ensemble des liens afin de partager un projet commun.
Pierre Delmon le capitaine à la barre du navire amiral

Pierre Delmon
Maire de Terrasson-Lavilledieu

La passion d'entreprendre

Héritier d'une longue tradition industrielle, le pays terrassonnais est une terre de création et de développement économique. Les verreries d'antan ont disparu et ont été remplacées par un tissu d'entreprises particulièrement dynamique dans les secteurs de l'industrie, de l'agroalimentaire, de la logistique ou encore des services.


Economie : Pierre Delmon joue cartes sur table

les salaries ont profite de la visite delus ce jeudi pour dire leurs inquietudesTout était parfaitement organisé chez Delmon Group  afin de recevoir les personnalités attendues pour la présentation de sa démarche d’Usine du futur et sa nouvelle unité de production automatisée et robotisée dédiée à l'activité concernant le moteur d'avion Leap. Déjà, l’an passé, Delmon Group  avait reçu le Prix de l’Eco Néo Aquitains. La cession partielle du fondateur, Pierre Delmon, en novembre 2016, à Dzeta Group, BNP Paribas Développement et Sylvain Broux s’était bien déroulée. Pierre Delmon restait toutefois actionnaire et membre du Conseil de surveillance. Celui-ci a accompagné la visite avec une discrétion particulière, tout en veillant à saluer ses anciens collaborateurs. C'est en sa qualité de maire de Terrasson-Lavilledieu qu'iil a veillé à accueillir les personnalités, sans s’étendre sur le climat social et l’avenir de Delmon Group.

 DSC 8628Pierre Delmon entouré par Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète de la Dordogne, et Colette Langlade vice-présidente du Conseil Départemental écoutant la présentation de Sylvain Broux, P-DG de Delmon Group

Retour sur image

DSC 8633Dans l’après-midi, Pierre Delmon, avec sa casquette de chef d'entreprise, a tenu à poser sa marque lors d’une rencontre de presse improvisée. On sait combien l’homme est aussi bien attaché à ses entreprises qu’à sa ville natale. Il rappelle avoir refusé bien des propositions indienne, chinoise, dont il savait qu’elles aboutiraient à un démantèlement. Quitte à y perdre financièrement. C’est avec des propos policés mais assurés qu’il a indiqué être en désaccord avec la décision de transférer des machines et des fonctions précises et uniques en Albanie. « Lorsque, explique Pierre Delmon,j’ai repris des entreprises, en Espagne, c’était pour consolider notre position sur le marché. Il en était de même quand j’ai ouvert des bureaux commerciaux en Roumanie, en Tchécoslovaquie, en Italie et en Chine. Toute mon action a viser à conforter nos usines implantées à Terrasson-Lavilledieu. »
Le désormais actionnaire de Delmon Group reconnaît avoir connu un dernier conseil de surveillance houleux car, tout comme les salariés qui manifestaient, il s’inquiétait d’une annonce qui ne pouvait que détériorer le climat social sans que les raisons soient claires. Et de rajouter : «  En qualité d’actionnaire, je suis minoritaire et je ne peux que réagir en qualité de maire. » 
L’homme est lucide, pas fataliste : « j’ai dit ce matin aux employés de Delmon Group qu’ils auraient du s’inquiéter plus tôt. Je comprends leur opposition. Une opposition n’est pas toujours négative. C’est à partir d’elle que se confrontent les idées et se tissent des liens qui donnent au développement d’une entreprise encore plus de chance de réussite. Pour ma part, j’ai toujours entretenu un dialogue que certains jugeaient paternaliste mais, en attendant, c’est comme cela que j’ai amené nos entreprises parmi les plus grandes et sur les marchés internationaux pourtant très concurrentiels. » 

Delmon Industrie se diversifie

Pierre Delmon tient à dire que son groupe – Delmon Industrie - fondé en 1962, à Terrasson, a toujours ses bureaux 24 avenue Max Tourailles avec un bureau à Paris. Non seulement Delmon Industrie reste sous la seule et unique direction de son fondateur mais vient de réaliser une prise de participation dans Bois et dérivés en Corrèze. Une belle entreprise qui a notamment repris en 2003 Périgord Palettes à Coly. Aujourd’hui, ce sont 90 salariés et 25 millions d’euros de chiffre d’affaires. Et Pierre Delmon de préciser : « C’est Delmon Industrie qui est toujours actionnaire de Delmon Group.  Je suivrais donc de très prés les activités.» Toujours plongé dans l’avenir, Pierre Delmon se fait discret, mais confie « avoir deux ou trois projets dans le domaine du luxe » , peut-être l’article chaussant dont il a été dans sa première jeunesse un ouvrier. Pierre Delmon est résolument offensif, sur d’autres produits, d’autres marchés, toujours dans le domaine qui le passionne : l’industrie. Comme il l'a dit en conclusion de son ouvrage Avec le recul du temps, Pierre Delmon a plus que jamais dit et écrit :« Je n'ai pas dit mon dernier mot ». 

Mots-clés : économie

Le selfie du moment

Coiffer, c’est donner du bonheur


20181030 093202

Natif de Terrasson-Lavilledieu, Olivier Dorat vient d’ouvrir un salon de coiffure, Le Phoenix, sur le feutré quai du 14 juillet. Plus précisément à la Résidence Caroline. Cette ouverture est animée par l’amour porté à sa ville natale. En effet, après des études réussies et son BEP en poche, il a privilégié un premier salon et un institut de beauté à Objet, puis un second salon à Brive. C’est avec son compagnon, Frédéric Marty, qu’il anime et gère désormais ses trois adresses.
Olivier Dorat : «  A partir de la coiffure, je veux donner du bonheur et contribuer à rendre plus attractive ma ville. Le coiffeur est perçu souvent comme le sont les notaires ou les médecins : de la famille . Nous sommes des créateurs de volupté dans notre métier mais aussi de lien social dans les échanges à partir desquels nous pouvons répondre au plus prés des attentes de nos clients. C’est ainsi que j’ai voulu un décor neutre avec une luminosité adoucie afin que chacune et chacun se sentent davantage en confiance, en sympathie. »

Mode d’emploi : Salon de Coiffure Phoenix - Quai 14 Juillet 24120 Terrasson-Lavilledieu - 05 53 50 68 61 -Ouvert du mardi au vendredi : de 9h à 19h ; Samedi : de 9h à 17h.